Previmer
Modélisation et Analyse pour la Recherche Côtière
Glossaire>Milieu physique

Milieu physique

Définitions

T

Talus (continental)

zone de fort dénivelé qui conduit du bord du plateau continental à la plaine abyssale. Il correspond à l’étage bathyal.

Tangue

dépôt sablo-vaseux à forte teneur en débris coquilliers. Il est exploité comme amendement marin.

Thermocline

zone de transition entre deux masses d’eau de températures différentes et se mélangeant difficilement.

Tidal

qualifie ce qui a trait à la marée.

Tombolo

forme d’accumulation sédimentaire littorale par laquelle un point d’appui, généralement rocheux, situé en avant de la côte, est relié à la terre ferme.

Quand ce point d’appui est large, il peut être relié au continent par deux tombolos distincts, enfermant une zone basse et humide (= tombolo double).

Tornade

phénomène atmosphérique tourbillonnaire, de diamètre variant de 100 m à 1 kilomètre et se déplaçant de 40 à 100 km/h.

Il dure en moyenne de 20 à 30 minutes et est accompagné d’éclairs, de tonnerre et de pluies torrentielles.
Il se forme au milieu de nuages orageux quand l’air chaud et humide de la surface de la terre rencontre de l’air froid et sec.

L’air du sol s’élève brusquement et commence à tournoyer. Une tornade peut créer une trombe lorsqu’elle a pris naissance sur un plan d’eau (= colonne d’eau élevée et tournoyante).

Tourbillon

mouvement circulaire d’un fluide (air ou eau) dans le sens cyclonique ou dans le sens anticyclonique.

Il affecte une part plus ou moins grande de l’épaisseur totale du fluide concerné et son mouvement est compliqué par l’existence habituelle de composantes verticales.

Train de vagues

groupes de vagues plus fortes, résultant de l’interférence entre deux houles de longueurs d’onde voisines.

Quand les crêtes sont en conjonction de phase, les vagues sont très hautes ; quand elles sont en opposition de phase, la crête de l’une des houles coïncide avec le creux de l’autre et la hauteur qui en résulte est moitié moindre.

Trait de côte

ligne qui marque la limite jusqu’à laquelle peuvent parvenir les eaux marines ; c’est-à-dire la limite la plus extrême que puissent atteindre les eaux marines ;
soit : l’extrémité du jet de rive lors des fortes tempêtes survenant aux plus hautes mers de vives eaux.

Elle est définie par le bord de l’eau calme lors des plus hautes mers possibles.

Transgression

avancée de la mer vers le continent, pouvant être due à une surélévation du niveau marin ou à une érosion du rivage.